Edito du 18 décembre

Te Deum

Te Deum laudamus, Te Dominum confitemur. Te aeternum Patrem, omnis terra veneratur. « Nous Te louons, ô Dieu ! Nous Te bénissons, Seigneur. Toute la terre T’adore, ô Père éternel. » Chaque année, le 31 décembre au soir, le Pape entonne le Te Deum pour louer le Seigneur. Nous avons tant de raisons de Le louer, de Le bénir et de L’adorer… pour reprendre les trois verbes de la première strophe du Te Deum. Le Pape François disait à cette occasion l’an dernier une parole toujours valable : « Nous ne pouvons oublier que de nombreuses journées ont été marquées par la violence, la mort, les souffrances indicibles de tant d’innocents, de réfugiés contraints de quitter leur patrie, d’hommes, de femmes et d’enfants sans domicile fixe, sans nourriture ni moyens de subsistance. Pourtant, que de grands gestes de bonté, d’amour et de solidarité ont rempli les journées de cette année, même s’ils n’ont pas fait la ‘Une’ des journaux télévisés. Ces signes d’amour ne peuvent et ne doivent pas être obscurcis par la puissance du mal. Le bien triomphe toujours, même si parfois, il peut sembler plus faible et caché. » Prenons le temps, nous aussi, de reprendre cette année écoulée en y cherchant les raisons de louer, de bénir et d’adorer le Seigneur. Ces raisons, parfois « obscurcies par la puissance du mal », sont souvent beaucoup plus nombreuses et grandes que nous ne l’imaginons. Prenons le temps d’en regarder le maximum pour répéter au Seigneur : « Nous Te louons, ô Dieu ! Nous Te bénissons, Seigneur. Toute la terre T’adore, ô Père éternel. »

Abbé Dedieu, Curé

16 Déc 2016