Un peu d’histoire

SU ancien 4Eglise Saint-Urbain

En 1833, à la mort du banquier Pierre-Urbain Sartoris, l’ancien domaine seigneurial de la garenne de Colombes, est transformé par ses héritiers en lotissement. Ils offrent un terrain pour l’emplacement d’une chapelle et d’un marché pour le nouveau village de La Garenne. la construction débutée en 1866 s’achève le 13 février 1875. le nom de Saint-Urbain lui sera donné en hommage à cette famille.

Le 29 janvier 1907 la chapelle est érigée en paroisse et devient église, La Garenne devient commune indépendante en 1910.

Entre 1933 et 1935, sous la direction de l’architecte Gautier, l’édifice est doté d’un nouveau clocher et d’un transept. Des travaux de rénovation ont à nouveau lieu en 1955, sous la direction de l’architecte Henri Vidal, également maître d’œuvre de Saint-André-Sainte-Hélène.

L’embrasure en mosaïque-relief du porche est l’œuvre du plasticien-sculpteur garennois Michel Deverne (1927-2012).

vitrail SU_bienheureux Urbain VL’intérieur de l’église est orné de différents vitraux du 20ème siècle. Ils sont l’œuvre des peintres verriers Charles Lorin (Chartres – 1902, 1912), Francis Chigot (Limoges – 1933, 1934, 1935), du verrier d’art moderne Eric Bonte (Courbevoie, 1987) et du peintre verrier Serge Nouailhat (Mortain, 2013).

En 2008, le toit et le ravalement sont refaits, ainsi que les peintures intérieure et l’ensemble des éclairages. Le mobilier a été remplacé.

En 2015, le choeur a été rénové, le tabernacle y a été réinstallé.


Chapelle Saint-André – Sainte-Hélène

St André Ste Hélène2Construite en moins d’un an sur les plans de l’architecte Henri Vidal dans le cadre des Chantiers du Cardinal, la chapelle Saint-André-Sainte-Hélène est bénie le 11 avril 1937. Henri Vidal a construit de nombreuses  églises dans les années 30, selon un modèle inspiré des églises de campagne, à une seule nef et un clocher en façade. Son style se caractérise par l’emploi de motifs en briques se détachant sur la maçonnerie de moellons de calcaire

Aujourd’hui, la chapelle est insérée dans un tissu urbain en plein renouvellement, avec la rénovation du quartier des Champs Philippe.

André et Hélène, à qui elle est consacrée, sont les prénoms des propriétaires du terrain sur lequel elle a été bâtie.


Eglise Sainte-Marie des Vallées

Stusmv70Dans les années 30, Colombes est une des communes les plus étendues du département de la Seine. Elle a déjà 2 églises. Il est nécessaire d’installer deux nouveaux lieux de culte dans le quartier des Vallées, dont les habitants, éloignés de plus de 2 kms de la paroisse, réclament une nouvelle église.

La paroisse Sainte-Marie-des-Vallées va s’étendre sur les 3 communes de Colombes, Bois-Colombes et La Garenne-Colombes.

Le terrain où fut construite l’église fut donné par les enfants de Philippe Bellenot compositeur entre autres de musique sacrée. Il s’agissait d’un terrain boisé et d’un bâtiment offert à la paroisse de Colombes pour la construction d’une église sous la direction des Chantiers du Cardinal.

035L’église actuelle est due à l’architecte Henri Chailleux. Elle est bâtie en béton armée, recouvert de briques roses, avec une nef élevée, deux bas-côtés et un clocher. Selon Le Patrimoine des Communes des Hauts de Seine « L’intérieur de l’église profite d’une belle luminosité, amplifiée par la présence de vitraux modernes, œuvre du maître verrier Mauméjean. » Elle peut abriter 800 paroissiens.

L’orgue a été construit en 1914 par la maison Mutin-Cavaille-Coll pour le salon de musique de Philippe Bellenot, compositeur de musique religieuse et maître de chapelle de l’église Saint-Sulpice

4 cloches ont été installées le 20 Février 1938 et baptisées. Nous ne connaissons pas  le nom du fondeur.


L’orgue de Saint-Urbain

Stusmv64L’instrument placé en 1905 à St Urbain est d’origine inconnue mais peut être attribué à Joseph Merklin (1819/1905).
La composition d’origine était la suivante :

Grand-Orgue :
Montre 8’
Salicional 8’
Bourdon 8’

Récit :
Gambe 8’
Voix céleste 8’
Flûte harmonique 8’
Flûte octaviante 4’
Trompette 8’

Pédale :
Bourdon 16’
Flûte 8’

En 1930 un dessus de Bourdon 16’ est ajouté au clavier de Grand-­Orgue. La Flûte Harmonique 8’ passe au Grand-­Orgue et le Bourdon 8’ au Récit.

Dans les années 1970 un Plein-­‐Jeu remplace la Bourdon 16’ au Grand-­‐Orgue et une Sesquialtera II est rajoutée au Récit. L’alimentation en vent est également modifiée : un soufflet à charge flottante remplace le soufflet d’origine.

A noter que l’instrument est placé perpendiculairement à la tribune. Les travaux de 2013 ont été rendus indispensables en raison de la restauration nécessaire des éléments encore dans leur état d’origine (sommier, transmission), de la mauvaise qualité des ajouts des années 70 (soufflerie, tuyauterie) et de la volonté de donner plus de cohérence à la palette sonore et au buffet. Pour cela, le buffet a été partiellement reconstruit de façon à pouvoir placer les jeux de Pédale latéralement et non plus à l’arrière de l’instrument.

La mécanique et les sommiers de Pédale ont été reconstruits à neuf pour s’adapter à cette nouvelle disposition.

Au clavier de Grand-­Orgue, un Plein-­Jeu neuf a été posé, ainsi qu’un Prestant 4’ neuf (l’ancien avait été recoupé dans le Salicional). C’est au clavier de Récit que la palette sonore a été particulièrement enrichie. Si la Gambe, la Voix Céleste, le Bourdon 8’, la Flûte 4’ (qui est redevenue octaviante) et la Trompette 8’ (qui s’est dotée de pavillons en étain neufs) ont été restaurés, 4 nouveaux jeux ont été ajoutés, à savoir un Octavin 2’, un Nazard, une Tierce et un Basson Hautbois 8’. Ces jeux, dont nous disposions, datent de la fin du XIXème siècle et sont donc tout à fait cohérents historiquement. Ils ont été harmonisés de façon à s’intégrer à l’ensemble Merklin. Un soufflet neuf a également été construit en copie des techniques de Merklin. A noter que les sculptures neuves ont été réalisées par Cathy Fellmann-­Sala, devenue depuis la première femme « Meilleur Ouvrier de France » en sculpture sur bois.


L’orgue de Sainte-Marie des Vallées

Orgue Ste Marie des Vallées 2L’orgue de Ste-Marie des Vallées a fêté ses 100 ans. En effet, il fut construit en 1914 par la célèbre Maison Mutin-Cavaillé-Coll pour le salon parisien de Philippe Bellenot, Maître de Chapelle à St-Sulpice, qui en fit don à notre paroisse ainsi que les terrains sur lesquels l’église fut construite en 1933.

Composition actuelle :

Grand orgue (GO) Récit (R) Pédalier (P)

Principal 8
Bourdon 8
Soubasse 16

Principal 4 Flûte 4

Cymbale 3 rangs Doublette 2

Tierce 1 3/5

Trompette 8

Accouplements : R/GO 8 – R/GO 16 – R/P – GO/P – Expression R-GO

Bien que d’excellente facture et malgré sa robustesse, l’orgue donne des signes de fatigue car il n’a connu que peu de travaux d’entretien depuis son installation.
Une restauration est indispensable pour son maintien. Le coût est d’environ 60 000 €.
L’Association de l’Orgue de Sainte Marie des Vallées a été créée en 2015 pour faire mieux connaître notre orgue et aider à financer les travaux.

orgue.smv@gmail.com